Chape liquide Lafarge anhydrite 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95, 60 - Isolation acoustique thermique plancher chauffant - Construction rénovation maçonnerie - Béton décoratif artévia désactivé - Pose carrelage revêtements sols mur

 

Glossaire

  • Anhydrite :

    Minéral, sulfate de calcium anhydre, de formule CaSO4. L'anhydrite se transforme en gypse en contact avec l'eau. Cette propriété est utilisée pour les chapes dites anhydrites. L'anhydrite peut être produite en cuisant du gypse à haute température (anhydrite thermique), ou obtenue dans le cadre de la production de produits fluorés (fluoro-anhydrite), mais existe également à l'état naturel.

  • Applicateur Agréé :

    Les produits de la gamme Le Systeme Sols® sont mis en œuvre par des entreprises formées et agréées par Lafarge Bétons, que l'on nomme les "Applicateurs Agréés". L'Agrément est délivré pour une période d'une année renouvelable. Pour continuer à bénéficier de l'Agrément, nous devons strictement respecter les préconisations des Document Techniques d'Applications, les recommandations Lafarge, et plus généralement les règles de l'art du bâtiment. Grâce à une activité régulière (100 000 m²/an), nous maîtrisons parfaitement le procédé.

  • Assurance :

    Notre assurance, obligation légale, couvrent notre responsabilité civile dans le cadre de la garantie décennale. Autre type d'assurance, souscrite par le maître de l'ouvrage, la dommage-ouvrage permet de mettre tres rapidement en œuvre les réparations nécessaires.

  • Autonivelant :

    Capacité d'un produit à s'étaler facilement pour former une surface plane.

  • Avis Technique (AT) :

    L'Avis Technique est un document d'information technique sur l'aptitude à l'emploi d'un produit ou d'un procédé de construction, à caractère innovant, délivré par la "Commission chargée de formuler les Avis Techniques" (créée en application de l'arreté du 2 décembre 1969). Une vingtaine de groupes d'experts, représentants les constructeurs, gère la délivrance des AT et Documents Techniques d'Applications (DTA) dans des domaines d'application très larges : structures, isolation thermique et acoustique, traitement des eaux, revêtements de sols, baies et vitrages, installations de génie climatique. Les groupes d'experts évaluent l'aptitude des domaines d'emploi de systèmes constructifs non normalisés ou hors du domaine dit traditionnel. Il est destiné à éclairer les différents acteurs de la construction dans l'exercice de leurs responsabilités. Il s'adresse, essentiellement au concepteur et au prescripteur, en vue du choix d'un produit et de l'établissement des documents particuliers du marché, aux entreprises impliquées dans la réalisation de l'ouvrage concerné, et au contrôleur technique intervenant sur le chantier.

  • Bande périphérique :

    Bande en matériau compressible utilisée sur toute la périphérie d'une chape ou d'une dalle, autorisant ses mouvements indépendamment des ouvrages verticaux (murs, cloisons, poteaux, canalisations...). L'utilisation d'une bande périphérique est obligatoire pour toutes les chapes ou dalles désolidarisées ou flottantes, ainsi que pour les planchers chauffants.

  • BBC :

    Bâtiment de basse consommation énergétique est un label officiel français qui a été créé par l'Arreté du 8 mai 2007 relatif au contenu et aux conditions d'attribution du label "Haute performance énergétique". Bâtiment qui consomme, pour le chauffage, l'eau chaude sanitaire, l'éclairage, les auxiliaires et la climatisation, 50 kWhep/m².an (m² de SHON modulé selon la zone climatique et l'altitude).

  • Blocage thermique :

    Phénomène par lequel la température d'un plancher rayonnant électrique s'élève de façon très importante lorsque le plancher est recouvert par un objet isolant (matelas, meuble sans pieds, tapis de sol, etc...).

  • Bombe au carbure :

    Appareil permettant de mesurer sur chantier l'humidité résiduelle de la chape avant la pose d'un revêtement de sol. C'est le seul appareil reconnu officiellement par les textes réglementaires.

  • Centrale à béton :

    Usine de fabrication de béton, permettant de livrer les chantiers en béton prêt à l'emploi (livraison par des camions-toupies).

  • Chape :

    Ouvrage de second œuvre, réalisé en mortier, et utilisé au sol des bâtiments pour recevoir le revêtement de sol. Il existe différents types de chapes : adhérente (la chape est réalisée directement sur le support béton durci), désolidarisée (un résilient, type polyane, est interposé entre le support et la chape), flottante (chape réalisée sur un isolant), chauffante (chape d'enrobage de plancher chauffant). La chape est également souvent qualifiée selon la nature du mortier (chape à base de ciment, a base de sulfate de calcium, chape fluide...). Lorsque l'ouvrage est réalisé en béton, et non en mortier, on ne parle pas de chape, mais de dalle.

  • Chape anhydrite ou chape fluide à base de sulfate de calcium :

    Appellation courante des chapes fluides à base de sulfate de calcium. Lafarge Bétons a été le pionnier du procédé de chape fluide à base de sulfate de calcium introduit en France, et reste le leader français.

  • Conductivité thermique :

    Grandeur physique caractérisant le comportement des matériaux lors du transfert de chaleur par conduction. Elle représente la quantité de chaleur transférée par unité de surface et par une unité de temps sous un gradient de température. La conductivité thermique d'un matériau est généralement notée λ (lettre grecque se lisant "lambda"). Son unité dans le systeme international est W/m°K (Watts par mètre Kelvin). La conductivité thermique d'un matériau isolant doit être la plus faible possible ; celle d'un matériau d'enrobage de plancher chauffant ou rafraîchissant doit être la plus élevée possible.

  • CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) :

    Acteur public indépendant au service de l'innovation dans le bâtiment, le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) exerce quatre activités clés : recherche, expertise, évaluation, diffusion des connaissances. Créé en 1947, le CSTB est un établissement public à caractere industriel et commercial placé sous la tutelle du ministre du Logement et du ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Le CSTB exerce son activité en toute indépendance vis-à-vis des industriels et des professionnels de la construction, dont il est le partenaire. Son éthique est fondée sur l'indépendance, le professionnalisme, la rigueur scientifique et le respect des règles déontologiques.

  • Déperdition thermique :

    Inverse de la résistance thermique d'une paroi (y compris la résistance superficielle). La Réglementation Thermique impose que la somme de toutes les déperditions thermiques (appelée déperdition thermique totale du bâtiment), soit inférieure à une valeur maximale fixée réglementairement. Désolidarisé du support et des murs, les chapes sont particulièrement performantes et économiques pour limiter grandement ces déperditions thermiques au niveau des planchers et représentent ainsi une solution très performante.

  • DTA (Document Technique d'Application) :

    Le Document Technique d'Application (DTA) est une forme particulière de l'Avis Technique. Il désigne l'avis formulé pour l'emploi d'un produit ou composant relevant du marquage CE. Des qu'ils sortent du contexte des techniques "traditionnelles", les constructeurs doivent établir avec leurs partenaires et leurs assureurs un niveau de confiance tenant compte des risques spécifiques des techniques et produits employés. Le DTA (et les AT) permettent d'établir cette confiance.

  • DTU (Document Technique Unifié) :

    Les DTU sont des cahiers des charges types pour les travaux, utilisables comme références pour l'établissement des clauses contractuelles de chaque marché de travaux pour la réalisation d'un ouvrage donné. Ils ont le statut de norme (NF DTU) et sont élaborés par des commissions de normalisation sous le contrôle général de l'AFNOR.

  • FDES (Fiche de Données Environnementales et Sanitaires) :

    La fiche de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) est une déclaration établie sous la responsabilité des fabricants du produit, suivant la norme NF P P01-010. Cette déclaration analyse un cycle de vie (ACV) du produit, et fait un bilan environnement détaillé. Ces informations sanitaires résultent d'essais spécifiques. Cette déclaration est importante dans la conception des bâtiments suivant la Démarche HQER (Haute qualité environnementale). Ceci dans le but de minimiser les impacts sur l'environnement et la santé. La base de données française de référence sur les caractéristiques environnementales et sanitaires des produits de construction est l'INIES. Elle divise le cycle de vie d'un produit de construction en 5 étapes :

    • la production : fabrication du produit mais aussi l'extraction, la préparation et le transport des matières premières. Cette étape s'arrête à la sortie de l'usine.
    • le transport : transport du produit de l'usine de production jusqu'au chantier.
    • la mise en œuvre : mise en place du produit dans un ouvrage. Le transport des déchets de mise en œuvre (chutes de découpe, consommables...) est également pris en compte.
    • la vie en œuvre : utilisation, entretien, maintenance.
    • la fin de vie : opération de démolition, réhabilitation ou entretien. Le transport des déchets jusqu'à un site de valorisation ou d'élimination est pris en compte.

    Les impacts/indicateurs environnementaux retenus sont : consommation de ressources énergétiques, épuisement des ressources naturelles, consommation d'eau, déchets solides, changement climatique, acidification atmosphérique, pollution de l'air, pollution de l'eau, destruction de la couche d'ozone stratosphérique, formation d'ozone photochimique.

  • Fractionnement :

    Découpage d'un ouvrage en parties suffisamment petites pour que le risque de fissuration de chacune des parties soit réduit. Le fractionnement se fait par sciage de l'ouvrage apres réalisation, ou par la mise en place préalable de joints préfabriqués. On appelle cela des joints de fractionnement.

  • HQE (Haute Qualité Environnementale) :

    Concept environnemental datant du début des années 1990 qui a donné lieu à la mise en place de l'enregistrement comme marque commerciale et d'une certification "NF Ouvrage Démarche HQE®" par l'AFNOR inspirée du label Haute performance énergétique - HPE auquel il ajoute une dimension sanitaire, hydrologique et végétale. La démarche qualité pour l'obtention de la certification peut être effectuée par l'association HQE, association française reconnue d'utilité publique en 2004. C'est une initiative associative d'origine privée, basée sur un référentiel de 14 cibles, qui peut etre intégré dans les offres commerciales d'ingénierie visant à améliorer la conception ou la rénovation des bâtiments et des villes en limitant le plus possible leur impact environnemental. La "Démarche HQE" comprend 14 cibles : Cibles d'écoconstruction (Relations harmonieuses du bâtiment avec son environnement immédiat, Choix intégré des produits, systèmes et procédés de construction, Chantier à faibles nuisances), Cibles d'éco-gestion (Gestion de l'énergie, Gestion de l'eau, Gestion des déchets d'activités, Gestion de l'entretien et de la maintenance), Cibles de Confort (Confort hygrothermique, Confort acoustique, Confort visuel, Confort olfactif) et Cibles de Santé (Qualité sanitaire des espaces, Qualité sanitaire de l'air, Qualité sanitaire de l'eau). Pour respecter la "Démarche HQE", le bâtiment doit atteindre au minimum : 3 cibles au niveau de base, 4 cibles au niveau performant et 7 cibles au niveau tres performant.

  • Humidité résiduelle (d'un matériau) :

    Quantité d'eau liquide restant dans un matériau après un certain délai de séchage. L'humidité résiduelle d'un matériau sur chantier est mesurée à l'aide de la bombe au carbure (seule méthode fiable).

  • Humidité résiduelle (d'un matériau) :

    Joint séparant deux parties d'un bâtiment, pour limiter la longueur de ces parties (vis-à-vis des risques de fissuration, de mouvement des fondations, etc...), mais également dans certaines régions pour mieux résister aux séismes (zones sismiques). Le joint de bâtiment intéresse tout le gros-œuvre, et doit être prolongé dans tous les ouvrages. Par exemple, une chape ne peut pas chevaucher un tel joint.

  • La Chape Liquide® :

    Marque déposée par la société La Chape Liquide®, filiale du Groupe LAFARGE, pour son procédé de chape fluide à base de sulfate de calcium. La Chape Liquide® est la marque du liant commercialisé auprès des centrales à béton. Comme la marque Kleenex® ou la marque SopalinTM, cette marque est rentrée par usage dans le langage courant pour désigner une chape fluide autonivelante.

  • Liant :

    Produit en poudre, ou liquide, mélangé à des granulats, et destiné à agglomérer ces matières premières entre elles.

  • Micro-fissure :

    Fissure très étroite (largeur inférieure ou égale à 3/10ème de millimetre). Les micro-fissures ne nécessitent pas de reprise.

  • Mortier-colle :

    Mortier utilisé pour coller des matériaux (carreaux céramiques, briques, etc...).

  • Pas de pose :

    Entraxe des canalisations / des câbles d'un plancher chauffant.

  • Pellicule de surface :

    Pellicule de matière se formant à la surface de nombreux mortiers pour chapes fluides. Généralement sans grande résistance, et présentant une faible adhérence, elle doit être éliminée par ponçage

  • Primaire :

    Produit liquide utilisé sur un support avant l'utilisation d'un mortier-colle ou d'un ragréage, afin d'uniformiser l'absorption dudit support et d'en augmenter la cohésion de surface.

  • QEB (Qualité Environnementale des Bâtiments) :

    Démarche volontaire de management appliquée aux opérations de construction ou de réhabilitation. Grâce à l'étude Q.E.B, la filiere ciment/béton a souhaité apporter aux décideurs et aux acteurs de la construction des arguments concrets et des données tangibles à même de faire la preuve de la légitimité du béton en matière de développement durable. Les conclusions de cette étude légitiment le matériau béton comme le partenaire incontournable de la construction durable. Téléchargez le rapport détaille sur http://www.mamaisondurable-beton.com/etude-qeb.php

  • Ragréage :

    Procédé de reprise de la surface d'une dalle ou d'une chape, à l'aide d'un mortier fin, lorsque cette surface comporte des irrégularités

  • Ravoirage :

    Ouvrage réalisé sur un support, permettant d'atteindre la cote de niveau souhaitée et, éventuellement, d'y incorporer des canalisations. Le ravoirage est destiné à recevoir une chape ou un carrelage scellé, et ne peut pas recevoir directement le revêtement de sol. Il est réalisé en mortier faiblement dosé en ciment.

  • Retrait :

    Réduction de volume d'un matériau lors de son séchage ou de son durcissement.

Un secrétaire d'Etat et un Député salue le travail et le dynamisme de l'entreprise
José Cesario, Secrétaire d'Etat de la Communauté Portugaise, est spécialement venu saluer l'entreprise Matos sur le Salon de la Nouvelle Ville. Il était accompagné de Carlos Albert


Copyright ©2010 MATOS IDF LA CHAPE - Tous droits réservés Glossaire | Contact | Mentions légales | Espace Privé | Conception & référencement : Gen'Contact
Chape liquide lafarge Chape anhydrite 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95, 60 - Isolation thermique plancher chauffant 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95, 60 - Construction rénovation maçonnerie 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95, 60 - Béton décoratif artévia béton désactivé 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95, 60 - Pose carrelage revêtements sols mur 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95, 60